La création d’entreprise implique certaines démarches et formalité. Une fois que l’entrepreneur ait fini de définir son projet, la première démarche qu’il devrait entamer est la détermination de son statut juridique d’entrepreneur. Cependant, entre la SARL, la SAS ou encore l’EURL… on peut vite y perdre son latin ! Zoom sur le sujet pour mieux vous éclairer !

Le cadre juridique de la création d’entreprise

Il est nécessaire d’indiquer le statut dans le business plan, car il constitue le cadre juridique de la création d’entreprise. Il faut donc faire attention car les inconvénients comme les avantages ne sont pas identiques pour toutes les formes de sociétés commerciales. Pour un entrepreneur, il est important de bien choisir le statut juridique de l’entreprise. Il existe plusieurs enjeux qui sont en interaction avec le choix de ce statut. Ce dernier est défini par des dispositions conventionnelles organisant les relations entre les associées avec le monde extérieur. Le statut juridique englobe ainsi tous les critères de détermination de l’objet social et du siège de l’entité.

Les enjeux économiques sur le choix du statut de l’entreprise

De prime abord, il faut déterminer si l’on veut exploiter une entreprise individuelle ou une société. En fait, la première indiquée constitue la forme juridique la plus simple. Elle correspond comme son nom l’indique à une activité personnelle, propre en son nom. Son avantage réside dans le fait que les formalités administratives sont simplifiées, d’autant plus qu’aucun capital social minimum n’est requis. Néanmoins, elle a un inconvénient de confondre à la fois le patrimoine de l’entrepreneur et de l’entreprise. Par conséquent, en cas de difficultés, les dettes de l’entreprise sont apurées sur les biens personnels de l’entrepreneur.
A l’inverse de l’entreprise individuelle, la société admet une distinction entre le patrimoine propre des associés et le patrimoine social. Pour la créer, il est indispensable de mettre en jeu les éléments suivant :
– L’apport en capital minimum qui n’est pas le même pour la forme choisie.
– Le partage du capital qui varie selon l’apport de chaque associé.
– La responsabilité solidaire des associés.
Dans le cadre de la création de la société, il faut bien veiller à ne pas utiliser les biens de la société à des fins personnels pour ne pas mettre en péril les activités sociales. Par ailleurs, le cadre légal choisi doit correspondre à l’enjeu économique du projet. Il faut donc prendre en considération des critères subjectifs comme la crédibilité de l’entreprise, les perspectives de développement.
Aussi, certaines formes comme la SA ou SAS ont une meilleure image de marque auprès du public. Leur nombre d’associés et le capital social leur rend plus important. La croissance de l’entreprise influe également sur le choix du statut car les besoins de financement ou l’exigence d’un nouveau partenaire financier peuvent ne pas être compatibles avec le cadre juridique prévu au début. Tous ces variables doivent donc être étudiés de près pour la création d’entreprise. Il existe actuellement de nombreux réseaux qui se spécialisent dans l’accompagnement de la création d’entreprise. Ces agences ont un rôle d’informer et d’orienter les entrepreneurs dans le processus de la création de la société. Généralement, elles prennent en charge la création d’entreprise de l’amont à l’aval.

Publicités